736876_2

Journées Mondiales de la Jeunesse

Une vingtaine de lycéens, étudiants et élèves d'ULIS de l'ensemble Saint Luc ont vécu du 13 au 31 juillet 2016 les Journées Mondiales de la Jeunesse.

Lycéens, étudiants et jeunes de la classe d'ULIS, ont vécu cet été la grande aventure des Journées Mondiales de la Jeunesse en Pologne. 

Ils avaient répondu à la proposition du diocèse et choisi une route qui avait comme point de convergence CRACOVIE. 

 

13 juillet : départ vers Namur ou Zakopane

Les sacs chargés dans les soutes sont remplis de cadeaux pour les familles qui accueilleront les jeunes, d'intentions de prières qui leur ont été confiées et de gâteaux au chocolat pour le voyage. 

Après une belle bénédiction d'envoi, les cars prennent la route de Namur, ou de Zakopane.

 

Les jeunes de la route Wojtyla partent vers Zakopane, et ont hâte d'arriver et de vivre dès demain leur première journée de marche. Agathe, lycéenne de Saint Luc, raconte : « J'aime beaucoup l'esprit de pèlerinage. C'est un peu comme un appel pour faire évoluer ma foi et la rendre plus forte. Pour le moment le trajet est fatiguant mais se fait dans une excellente ambiance, entre les jeux et les chants, je suis ravie ! ».

 

14 juillet : l'Allemangne

A Munich, les jeunes vivent une prière de Taizé Franco-allemande. 

 

15 juillet : Vienne

La journée commence un peu difficilement, en apprenant ce qui s'est passé à Nice. C'est en tel décalage avec ce que nous sommes en train de vivre, comme expérience de rencontre, de paix, de fraternité... Nous sommes encore plus touchés.

Arrivé à Vienne, les musiciens vont au « Stadtpark » (« the » parc de Vienne où jouer de la musique), et les autres se lancent dans un jeu de piste pour découvrir les beautés de la ville.

 

16-17 juillet : Budapest

Visite de la ville, de l'opéra et du parlement ainsi que le musée de la terreur communiste qui marque l'esprit des jeunes. 

 

Du 14 au 18 juillet : Zakopane pour les jeunes de la route Wojtyla

Ils étaient plusieurs jeunes de Saint Luc à avoir opté pour la route Wojtyla. Voici quelques témoignages de ce qu'ils ont vécu à Zakopane en mettant leur pas dans ceux de Jean Paul II

 

Les jeunes marcheurs de la route Wojtyla  ont vécu leur première journée à Zakopane. Ils ont tous été notamment marqués par la messe célébrée dans une petite église en bois :

Antoine, lycéen au LEG, raconte : "La messe  à laquelle j'ai assisté était d'autant plus belle qu'elle se faisait dans un cadre magnifique. J'ai beaucoup aimé les jeux que l'on a fait ensuite. Cela nous a permis de tisser des liens et de rire tous ensemble. Je dois avouer que j'ai hate d'être avec les jeunes du monde entier durant les 4jours à Cracovie !"

 

Déborah, témoigne de cette route : "La journée a été dure car la marche était difficile mais j'ai été particulièrement marquée par le fait qu'on s'est tous surpassés. On a multiplié nos forces, il y a eu beaucoup d'entraide ce qui nous a permis de continuer de monter malgré le froid, la fatigue et les glissades. Pour me motiver je chantais des prières dans ma tête !
Une chose qui m'a bien plu également, c'était le chocolat chaud à la fin de la rando qui nous a redonné des forces."

 

18 au 20 juillet : en route vers Gdynia

Pour les Kremowka, Boniek et Szopen, le moment est venu de quitter Budapest ! Une étape qui aura apporté beaucoup d'émerveillements et une ambiance sentant déjà les JMJ ! 

Les Wojtyla, après une longue marche sous la pluie les accueillent à Zakopane. Une veillée permet à chacun de raconter ce qu'il a vécu dans "sa" route. Beaucoup sont heureux de se retrouver et de partager, le lendemain, un journée de marche. D'autant plus que la pluie a enfin décidé d'aller voir ce qui se passe ailleurs, et que le soleil pointe presque le bout de son nez.

Après cette belle journée de marche, nous repartons pour Kalwarya Zebrydowska.

Deux groupes se forment ensuite, mélangeant toutes les routes : l'une part pour Auschwitz, et l'autre pour le sanctuaire de Czestochowa. Deux lieux si marqués d'Histoire pour le peuple Polonais. Un lieu de désespoir, et un lieu d'espoir. 

Quant aux Gdanskrakow (route des jeunes d'ULIS) et aux Popieluzko, ils prennent la route depuis Raismes après une célébration d'envoi présidée par l'abbé Mathieu Dervaux, le doyen de Cambrai.

 

Du 20 au 24 juillet : Gdansk

Voici quelques mots des jeunes extra-ordinaires ( Louis, Emmanuel, Valentin, Rémi, Alicia, Claire, Joséphine, Victoria, Céline et Elisabeth) qui viennent majoritairement de la classe d'ULIS : "j'étais contente sa savoir que je partais aux JMJ en Pologne et encore plus d'y être aujourd'hui où j'ai appris à connaître le groupe";  " nous sommes contents d'être aux JMJ en Pologne avec plein de jeunes qui nous aiment et que nous aimons. On fait comme eux, nous vivons dans une grande solidarité, il y a beaucoup d'entraide: c'est super génial !".

 

25 au 29 juillet : en attendant l'arrive du Pape...

Le 26 juillet, les cambrésiens se retrouvent à la paroisse. C'est d'abord le père Emmanuel qui prépare les jeunes à la journée de pèlerinage: la matinée sera consacrée à la visite de la basilique Saint Jean-Paul II, de la basilique de la Miséricorde avec le passage de la Porte Sainte et de la chapelle du couvent de soeur Faustine.

Puis Marie donne les consignes !!! Il s'agit de ne pas perdre les tickets repas, de ne pas oublier les numéros des bus, des trams, des téléphones etc... La grande aventure va commencer !

Commence alors le pèlerinage au milieu de milliers de pèlerins de tous les pays ! Même si le nombre ne facilite pas le recueillement, la beauté de la basilique de Saint Jean-Paul II, avec les mosaïques de Rupnick, impressionne ! Tout comme la chasuble blanche que portait Jean-Paul II le jour de l'attentat en mai 1981. On entre dans la belle basilique de la Miséricorde par la Porte Sainte. 

Il reste peu de temps pour rejoindre le coeur de Cracovie, manger et gagner la plaine Dlonia pour la messe d'ouverture. Présidée par le cardinal Diwitz, ancien secrétaire du pape Jean-Paul II, l'eucharistie plonge à nouveau les jeunes dans le coeur de la Miséricorde !

 

Le 27 juillet, un groupe de jeunes accompagnés du Père Matthieu Bobin sont allés animer une catéchèse dans une autre paroisse qui avait besoin d'eux ! Raphaël, étudiant, raconte : "Ce matin nous avons fait l'animation de la catéchèse pour les Lyonnais, en compagnie de l'évêque des armées. C'était un enseignement très enrichissant sur le temps de la miséricorde, suivi d'un superbe témoignage d'Émilie sur sa conversion. Une nouvelle occasion de rencontrer de nouveaux visages et d'échanger sur notre foi."

Nous nous rendons compte que nous avons de la chance d'être hébergés à Balice (à environ 15 km à l'est de Cracovie), car certains groupes sont hébergés à plus de 80 kilomètres et ne peuvent même pas venir chaque jour à Cracovie !

 

Le 28 juillet, après une catéchèse sur la Miséricorde, c'est l'arrivée du pape. 

 

30 et 31 juillet : le grand we final !!

Pour ce dernier week-end,parole aux jeunes :

 

"J'ai été interpellé par le message du pape concernant la jeunesse qui est le futur de l'Eglise. Il nous a dit qu'il fallait mettre ses chaussures à crampons au lieu de rester dans le canapé. J'ai eu l'occasion de jouer du djembé avec des personnes  de différentes nationalités : Epagnols, Allemands, Taïwanais, Québécois, Polonais. Par la musique la barrière de la langue n'existe plus. J'ai aussi eu l'occasion de rencontrer deux franciscains : un du Bronx avec lequel j'ai prié en pleine rue et un autre de Pologne avec qui j'ai bien partagé."
Manu, étudiant Saint Luc

 

"Nous sommes arrivés sur le lieu du week-end après une longue marche sous une chaleur étouffante puis nous avons eu le temps de nous installer dans nos secteurs et de nous occuper avec des jeux en attendant la veillée. C'était l'occasion de rencontrer les personnes de toutes nationalités qui nous entouraient. Le pape est arrivé sur le campus miséricordiae pour la veillée, tout le monde était attentif à son discours car il s'adresse directement à nous les jeunes pour nous dire que nous devons être des jeunes actifs qui sortent de chez eux et non des inactifs sur leurs canapé.
Durant la veillée nous avons eu un temps d'adoration, très fort et impressionnant car les millions de personnes présentes ont fait silence pour adorer. On garde une magnifique image de toutes les bougies allumés durant la veillée. A la suite de la veillée on a pu assister à un concert avec différents groupes venant de partout dans le monde. Le lendemain durant la messe de clôture le pape nous a rappelé l'importance de la miséricorde comme l'avais fait Jésus avec Zachée. Nous avons été impressionnés par le pape car il arrive à faire taire des millions de personnes en même temps en leur demandant de prier durant son homélie.
Ce dernier week-end des JMJ fut fatiguant mais très intense et rempli de joie grâce aux multiples rencontres que l'on a pu faire ! Rendez-vous en 2019 à Panama ?"
Déborah, lycéenne.