IMGP7696

Goûter à l'aveugle

Les 1ére SPVL ont organisé un goûter à l'aveugle. Le but, faire prendre conscience des difficultés rencontrées par les personnes aveugles. Après avoir eux mêmes expérimentés, les élèves ont pu discuter avec M. Louis Renard, professeur d'allemand aveugle.

Un bandeau sur les yeux et nous voilà plongé dans le noir le plus total. L'expérience commence. Comment allons nous nous comporter si nous sommes privés de la vue ? 

 

Pour les déplacements, c'est un peu compliqué. au début, on a beau savoir dans quelle pièce on se trouve, rapidement au bout des quelques pas, un virage, un demi tour, impossible de se repérer. On avance doucement avec la peur de se cogner à un mur, une table... Et même si une personne nous guide, l'exercice n'est pas si simple : "Le plus difficile dans l'histoire c'est de faire confiance à l'autre, à celui qui nous guide. On a toujours peur de tomber, de se prendre une table... C'était vraiment angoissant de ne pas savoir où l'on est, ce que l'on touche..."

 

Après les déplacements, place à une dégustation... à l'aveugle !!! Là encore, on remarque quelques petites choses amusantes : "on n'arrive pas forcément à porter l'aliment à notre bouche. pourtant quand je mange, je n'y pense pas mais sans voir, c'était plus difficile."; "On est totalement déstabilisé, on perd nos repères.", "Je n'ai pas retrouvé tout ce que j'avais goûté ou alors c'était peu précis : c'est sucré, salé, acide mais je ne savais pas nommer l'aliment"

 

Pour terminer l'expérience, les élèves entendaient un bruit et devait le reconnaître : "C'était un peu plus simple. J'étais plus à l'aise avec cet exercice. peut être parce que j'avais les yeux bandés depuis un moment et donc je faisais plus attention aux bruits."

 

Après avoir expérimentés cette situation, les élèves ont partagé et posé des questions à M. Louis Renard, professeur d'Allemand dans l'établissement et aveugle.

 

Bien entendu, les questions tournaient autour des déplacements : "Comment faites vous pour ne pas vous trompez de salle ?"; "Avez vous peur de tomber dans les escaliers ?" Mais aussi des difficultés : "Pour vous, c'est quoi le plus difficile à vivre ?"

 

Avec patience, M. Renard a répondu aux questions : "Je n'ai pas peur de tomber. je suis vigilant et le chien marque un arrêt devant les marches;"; "Pour les salles, je ne vais que dans 2 salles différentes donc c'est assez facile de me repérer. Par contre, je n'étais jamais descendu au réfectoire et je dois dire que je suis moins à l'aise dans cette salle que je ne connais pas"; "Le plus difficile est peut être quand j'arrive dans la salle des profs et qu'il y a du monde. je peux reconnaître les voix mais parfois je ne peux pas dire si les gens sont à 1 mètre de moi ou à 3."