En avent !!!

Durant toute la période de l'Avent les enseignants, membres du personnel... de l'Ensemble Saint Luc ont pu durant 4 semaines se préparer à la fête de Noël grâce à des signets et des petits textes de réflexion.

L’équipe pastorale de l’Ensemble Saint Luc vous propose de vous mettre en chemin vers Noël tous ENSEMBLE.
Pour nous y aider… Cinq signets hebdomadaires jalonneront les semaines à venir… Ils seront autant d’étapes, de rendez-vous sur le chemin de Noël.
Les quatre semaines de l’Avent nous invitent à nous préparer à une venue (sens du mot « Avent »). Mais quelle venue ? La venue d’un Sauveur ? Les chrétiens ont reconnu en Jésus ce Sauveur, cette Lumière illuminant la nuit de leur vie. C’est ce qui nous est proposé de vivre aujourd’hui : nous éveiller, nous laisser « retourner le coeur », retrouver la Joie, l’Espérance et la Générosité.

 

Bonne route…


1er Dimanche : Eveillés ! – Mt 24, 37-44
L’Evangile ne doit pas susciter en nous la peur, nous faire redouter la venue d’on ne sait quel juge venu d’ailleurs. Il nous invite à marquer l’arrêt, à entrer en nous-mêmes, en ces lieux mal assurés, fragiles, que nous n’aimons pas trop scruter. Comment pourrons-nous être sauvés si nous sommes persuadés que tout va très bien dans le meilleur des mondes ?


Quels sont pour moi, pour nous, les obstacles qui empêchent d’être pleinement vivants, pleinement nous-mêmes ? Qu’est-ce que je redoute le plus pour moi, pour mes proches, pour le monde qui m’entoure ?

 

 

2e Dimanche : Changez ! – Mt 3, 1-12
On voudrait tellement que les choses changent, que le monde soit différent… mais sans que nous n’ayons rien - ou si peu - à faire pour cela…
La colère de Jean-Baptiste est celle d’un père, d’une mère qui secoue un peu rudement son gosse pour qu’il se décide enfin à bouger. Une colère d’amour, pourrait-on dire !

 

Quel est le petit changement concret que je pourrais apporter à ma vie, dès aujourd’hui, pour me sentir davantage éveillé-e, attentif/-ve à ce qui se passe en moi et autour de moi ?

 

 

3e Dimanche : Où es-tu ? - Mt 11, 2-11
Jean-Baptiste lui-même n’était pas tout à fait certain que Jésus était bien l’Envoyé de Dieu, celui qu’on attendait depuis toujours et qui allait inaugurer un monde nouveau. Aujourd’hui encore, même si nous croyons en lui et au Souffle qu’il nous a laissé, nous avons parfois du mal à reconnaître son action dans le monde tel qu’il va, dans notre vie avec ses hauts et ses bas. Et l’on peut être tenté de chercher des « sauveurs » qui paraissent plus accessibles...

 

Je me remémore… Un moment de ma vie où peut-être je me suis fourvoyé-e en pensant avoir trouvé ce qui me sauverait. Et un moment de ma vie où j’ai peut-être déjà expérimenté l’action bienfaisante du Souffle de Dieu.

 

 

4e Dimanche : Fécondés - Mt 1, 18-24
Marie est non seulement la mère de Jésus, mais aussi la figure de tous les croyants, appelés à « mettre Dieu au monde ». Pour que Noël ne soit pas seulement un beau souvenir, nous sommes nous aussi appelés à accueillir en nous le Souffle de Dieu, capable de nous transformer, de chambouler notre vie. Pour accepteer cela, il faut une confiance au moins aussi grande que celle de Joseph.

 

Qu’est ce que je ressens, que ressentons-nous à l’idée que nous puissions, nous aussi, être habités du Souffle de Dieu, appelés à devenir à notre tour des donneuses et donneurs de vie ?

 

 

Nativité (messe de la nuit) : Joie ! – Lc 2, 1-14
Le récit de Noël nous est familier. Et pourtant, il annonce une chose tout à fait incroyable : Dieu n’est pas une divinité perdue dans son ciel, il est dans la chair de nos vies. Ce qui est petit, fragile, pauvre, démuni est le lieu privilégié de sa présence. Et dans nos vies, rien n’est perdu, rien n’est méprisable; même ce qui est blessé, malmené, détruit peut refleurir. Il n’y a pas d’humain condamné.

 

Comment concrètement, puis-je, pouvons-nous signifier l’espérance et la joie de Noël ? Par quels gestes ? Quelles attitudes ?